Nathalie Benoit, 32 ans, atteinte de sclérose en plaques, professeur des écoles, a décroché dimanche 2 septembre, la médaille d’argent en skiff (catégorie bras épaule) en 5› 43” 56 . Après trois podiums mondiaux dont un titre de championne du monde et plusieurs titres nationaux, Nathalie s’empare de sa première médaille paralympique.

Entretien avec Nathalie Benoît, sélectionnée pour les Jeux Paralympiques de Londres.

AFSEP  Comment la maladie s’est-elle manifestée, le diagnostic de la Sep a-t-il été établi rapidement 
Nathalie Benoit  Les premiers signes de la maladie sont survenus peu avant mes 18 ans, j’étais à la faculté des sciences du sport de Marseille et je sortais d’un cours d’anatomie. Dans un escalier, j’ai perdu l’équilibre et je me suis retrouvée par terre avec une faiblesse musculaire dans l’émicorps droit. J’ai totalement récupéré en une quinzaine de jours. Au départ, les médecins ont pensé à un accident ischémique transitoire mais durant les trois années suivantes, les troubles revenaient puis disparaissaient en quelques jours.

AFSEP  Comment l’avez-vous ressentie, ainsi que le regard des autres 
Nathalie Benoit  En 2001, la probabilité d’une sclérose en plaques a été avancée. C’était un soulagement de pouvoir identifier la source de mes problèmes car je voyais bien que quelque chose n’allait pas, certains médecins disaient que c’était psychologique, c’était angoissant de ne pas comprendre. L’ignorance est plus obscure que la nuit… Le regard de ma famille n’a pas changé. Nous avons tourjours été très proches, c’est mon principal soutien.

AFSEP  De quand date votre passion pour l’aviron
Nathalie Benoit 
Avant la sclérose en plaques, je pratiquais beaucoup de sports (ski, parachutisme sportif, pentathlon moderne…). Après le diagnostic, on ne m’a jamais encouragée à poursuivre des activités physiques à cause de la fatigue, j’ai donc faire une pause quelques années. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à utiliser un fauteuil roulant, que je me suis tournée vers le handisport. J’ai commencé par le basket pendant trois ans puis, je me suis dirigée vers l’aviron. C’est un sport qui m’attirait depuis longtemps mais qui est récent en handisport.

AFSEP  Comment gérez-vous la fatigue, pour les entrainements, les déplacements, la compétition
Nathalie Benoit 
Je gère la fatigue au jour le jour, et j’adapte mon entrainement en fonction d’elle. Je m’entraine tous les matins et l’après-midi, je corrige les copies de mes élèves de CE1. En compétition, il y a beaucoup de temps morts, les entrainements sont très courts et ne sont pas intensifs. Les courses dans ma catégorie ne durent que 6 minutes en moyenne. Après chacune d’elles, je prends une douche froide et je me repose au maximum pour bien récupérer avant la suivante.

AFSEP  En aviron, dans quelle catégorie allez-vous concourir aux Jeux Paralympiques 2012 
Nathalie Benoit  Il y a trois catégories en aviron handisport, le skiff bras épaules, le double bras-tronc et le quatre barré jambes tronc bras. Personnellement je suis dans la catégorie bras-épaules (ASWIX), je suis seule dans le bateau, j’ai un siège fixe avec le dossier, les jambes sont attachées et je suis sanglée sous la poitrine. Lorsque je rame, je n’utilise que le haut de mon corps (les bras et les épaules).

AFSEP  Nous n’acceptez jamais de renoncer, c’est une très belle leçon de courage.
Nathalie Benoit  Renoncer à quoi, la vie  Non, elle est trop belle et trop précieuse. Elle est différente «d’avant» mais j’essaie de m’adapter. Je profite de chaque jour, je me tourne vers l’avenir et vers toutes les choses que je peux faire. J’ai toujours un projet en tête ce qui me permet d’avancer.

AFSEP  Bénéficiez-vous d’un traitement et d’un suivi particulier
Nathalie Benoit
: Pour le moment, je prends seulement de l’Immurel. J’ai un suivi médical mais je ne suis pas «fan» des hôpitaux et des médecins. Je vais chez un neurologue lorsque j’ai une poussée et je fais alors des cures de solumédrol en hospitalisation de jour.

AFSEP  De très nombreuses personnes vont vous suivre à Londres le 31Août, le 1er et 2 septembre plus particulièrement, qu’avez vous à leur dire
Nathalie Benoit 
Carpe Diem